Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Guizot, Didier, 1863, tome 4.djvu/408

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


dans l’âme de Pauline ! Elle avait un œil baissé à cause de la perte de son époux ; un autre levé dans la joie de voir l’oracle accompli. Elle soulève de terre la princesse et elle la serre dans ses bras, comme si elle eût voulu l’attacher à son cœur, de façon à ne plus avoir à craindre de la perdre.

PREMIER GENTILHOMME.—La grandeur de cette scène méritait des rois et des princes pour spectateurs, puisqu’elle avait des rois pour acteurs.

TROISIÈME GENTILHOMME.—Mais un des plus touchants incidents, et qui a pêché dans mes yeux (pour y prendre de l’eau et non du poisson), c’était un récit de la mort de la reine, avec les détails de la manière dont elle est arrivée (confessés avec courage et pleures par le roi) ; c’était de voir l’attention de sa fille, et la douleur qui la pénétrait, jusqu’à ce que d’un signe de douleur à l’autre, elle a poussé un hélas ! et, je pourrais bien le dire, saigné des larmes ; car je suis sûr que mon cœur a pleuré du sang. Alors le spectateur qui était le plus froid comme marbre, a changé de couleur ; quelques-uns se sont évanouis, tous s’attristaient ; et, si l’univers entier avait assisté à cette scène, la douleur eût été universelle.

PREMIER GENTILHOMME.—Sont-ils revenus à la cour ?

TROISIÈME GENTILHOMME.—Non. La princesse a entendu parler de la statue de sa mère, qui est entre les mains de Pauline ; morceau qui a coûté plusieurs années de travail, et récemment achevé par ce célèbre maître italien, Jules Romain[1]. S’il possédait lui-même l’éternité, et qu’il pût de son souffle la communiquer à son ouvrage, il priverait la nature de son ouvrage, tant il l’imite parfaitement. Il a fait Hermione si ressemblante à Hermione, qu’on dit qu’on lui adresserait la parole, et qu’on

  1. Jules Romain vécut précisément le même nombre d’années que Shakspeare, qui naquit dix-huit ans après sa mort. Le poëte commet ici un anachronisme volontaire pour louer le peintre. Mais comment songer à Jules Romain, lorsqu’il s’agit ici d’une statue ? Il faut se rappeler que les statues étaient autrefois enluminées.