Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1872, tome 10.djvu/346

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

bien César… — Mais pourquoi me retenez-vous ici si longtemps ?… Qu’avez-vous à me confier ? — Si c’est du bien public qu’il s’agit, — montrez-moi d’un côté l’honneur, de l’autre la mort, — et je les considérerai l’un et l’autre avec le même sang-froid… — Et puisse la protection des dieux me manquer, si je n’aime pas — le nom d’honneur plus que je ne crains la mort !


CASSIUS.

— Je vous connais cette vertu, Brutus, — comme je connais vos traits extérieurs. — Eh bien ! c’est d’honneur que j’ai à vous parler. — Je ne saurais dire ce que vous et les autres hommes — vous pensez de cette vie ; mais, quant à moi, — j’aimerais autant n’être pas que de vivre — pour craindre une créature comme moi-même. — Je suis né libre comme César ; vous, aussi. — Nous avons été nourris tous deux, et nous pouvons tous deux — supporter le froid de l’hiver aussi bien que lui. — Une fois, par un jour gris et orageux — où le Tibre agité se soulevait contre ses rives, — César me dit : Oserais-tu, Cassius, — te jeter avec moi dans ce courant furieux, — et nager jusqu’à ce point là-bas ? Sur ce mot, — accoutré comme je l’étais, je plongeai — et le sommai de me suivre : ce qu’il fit en effet. — Le torrent rugissait ; nous le fouettions — de nos muscles robustes, l’écartant — et le refoulant avec des cœurs acharnés. — Mais avant que nous pussions atteindre le point désigné, — César cria : Au secours, Cassius, ou je me noie ! — De même qu’Énée, notre grand ancêtre, — prit sur ses épaules le vieil Anchise et l’enleva — des flammes de Troie, moi, j’enlevai des vagues du Tibre — le César épuisé. Et cet homme — est aujourd’hui devenu un dieu ! Et Cassius est — une misérable créature qui doit se courber, — si César lui fait nonchalamment un signe de tête ! — Il eut une fièvre, quand il était en Espagne ; — et, quand l’accès le prenait, j’ai remarqué — comme il tremblait : c’est vrai, ce