Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1872, tome 10.djvu/374

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Scène V.


[Rome. Dans le palais de César.]


Tonnerre et éclairs. César entre en robe de chambre (38).

CÉSAR.

— Ni le ciel ni la terre n’ont été en paix cette nuit. — Trois fois, dans son sommeil, Calphurnia a crié : — À l’aide ! on assassine César !…

Haussant la voix.

Y a-t-il quelqu’un ici ?


Entre un serviteur.

LE SERVITEUR.

— Monseigneur ?


CÉSAR.

Va dire aux prêtres d’offrir immédiatement un sacrifice, — et rapporte-moi leurs opinions sur le résultat.


LE SERVITEUR.

— Oui, monseigneur.

Il sort.


Entre Calphurnia.

CALPHURNIA.

Que prétendez-vous, César ? Penseriez-vous à sortir ? — Vous ne bougerez pas de chez vous aujourd’hui.


CÉSAR.

— César sortira. Les choses qui m’ont menacé — ne m’ont jamais aperçu que de dos ; dès qu’elles verront — la face de César, elles s’évanouiront.


CALPHURNIA.

— César, jamais je ne me suis arrêtée aux présages, —