Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1872, tome 10.djvu/382

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

de César, — sénateurs, préteurs, solliciteurs vulgaires, — étoufferait peut-être mortellement un faible vieillard. — Je vais me placer dans un endroit plus spacieux, et là — parler au grand César, quand il passera.

Il sort.

PORTIA.

— Il faut que je rentre… Hélas ! quelle faible chose — que le cœur d’une femme !… Ô Brutus ! — que les dieux t’assistent dans ton entreprise !…

À part.

— Sûrement, ce garçon m’a entendu…

Haut, à Lucius.

Brutus a une supplique — que César ne veut pas accorder.

À part.

Oh ! je me sens défaillir.

Haut.

— Cours, Lucius, et recommande-moi à monseigneur ; — dis-lui que je suis gaie, et reviens — me rapporter ce qu’il t’aura dit.

Ils se séparent.



Scène VIII.


[Le Capitole.]


Le sénat est en séance. La rue qui mène au Capitole est encombrée par la foule au milieu de laquelle on remarque Artémidore et le devin.
Fanfares. Entrent dans cette rue César, Brutus, Cassius, Casca, Décius, Métellus, Trébonius, Cinna, Antoine, Lépide, Popilius, Publius, et autres (39).


CÉSAR.

— Les Ides de Mars sont arrivées.


LE DEVIN.

Oui, César, mais non passées.