Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1872, tome 8.djvu/114

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LANCE.

Tu n’obtiendras jamais de moi un pareil secret, si ce n’est par parabole.


DILIGENCE.

Ça m’est égal, si je l’obtiens ainsi. Mais que dis-tu de ceci, Lance ? mon maître est fou éperdu.


LANCE.

Je ne l’ai jamais connu autrement.


DILIGENCE.

Que quoi ?


LANCE.

Que fou et que perdu, comme tu le dis fort bien.


DILIGENCE.

Ah çà, fils de putain, âne que tu es, tu ne m’entends pas !


LANCE.

Ah çà, imbécile, ce n’est pas toi que j’entends, c’est ton maître.


DILIGENCE.

Je te dis que mon maître est amoureux éperdu.


LANCE.

Eh bien ! je te dis que ça m’est égal qu’il se perde par amour. Allons, viens avec moi prendre la bière au cabaret ; si tu refuses, tu es un hébreu, un juif, et tu n’es pas digne d’une terre chrétienne.


DILIGENCE.

Pourquoi ?


LANCE.

Parce que tu n’auras pas été assez charitable pour avoir la bière en compagnie d’un chrétien. Veux-tu venir ?


DILIGENCE.

À ton service !

Ils sortent.