Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1872, tome 8.djvu/208

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


JESSICA.

— Porte-toi bien, bon Lancelot. Hélas ! quel affreux péché c’est en moi — que de rougir d’être l’enfant de mon père ! — Mais quoique je sois sa fille par le sang, — je ne la suis pas par le caractère. Ô Lorenzo, — si tu tiens ta promesse, je terminerai toutes ces luttes : — je me ferai chrétienne pour être ta femme bien-aimée.

Elle sort.



Scène VII.


[Toujours à Venise. Une rue.]


Entrent Gratiano, Lorenzo, Salarino et Solanio.

LORENZO.

— Oui, nous nous esquiverons pendant le souper ; — nous nous déguiserons chez moi, et nous serons de retour — tous en moins d’une heure.


GRATIANO.

Nous n’avons pas fait des préparatifs suffisants.


SALARINO.

— Nous n’avons pas encore retenu de porte-torche.


SOLANIO.

— C’est bien vulgaire, quand ce n’est pas élégamment arrangé ; — il vaut mieux, selon moi, nous en passer.


LORENZO.

— Il n’est que quatre heures ; nous avons encore deux heures — pour nous équiper.