Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1872, tome 8.djvu/68

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

contre cette double servitude imposée à l’homme ici-bas : le besoin et la passion. Il est l’incorrigible mécontent qu’aucune réforme ne satisfera, qu’aucune concession ne ralliera. Sa mélancolie superbe est le dédaigneux reproche jeté par l’idée à la matière, par l’esprit au corps, par la créature à la création.



Hauteville-House, 31 décembre 1860.