Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1872, tome 8.djvu/96

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Ouït-on jamais parler d’un meilleur ? — Mon maître, pris pour secrétaire, s’écrivant à lui-même !


VALENTIN, au valet.

Eh bien, monsieur ? Sur quoi donc raisonnez-vous tout seul ?


DILIGENCE.

Moi ? Je n’étais occupé que de rime. Vous, vous avez raison.


VALENTIN.

De faire quoi ?


DILIGENCE.

D’être l’interprète de madame Silvia.


VALENTIN.

Près de qui ?


DILIGENCE.

Près de vous-même. Sa déclaration est parfaitement tournée.


VALENTIN.

Quelle déclaration ?


DILIGENCE.

Eh bien ! la lettre !


VALENTIN.

Comment ! elle ne m’a pas écrit.


DILIGENCE.

Quel besoin en avait-elle, puisqu’elle vous a fait écrire à vous-même ! Quoi ! est-ce que vous n’apercevez pas la rouerie ?


VALENTIN.

Non, crois-moi.


DILIGENCE.

Impossible vraiment de vous en croire, monsieur. N’avez-vous pas vu tout ce qu’elle a montré d’art ?