Page:Shakespeare - Un songe de nuit d’été, trad. Spaak, 1919.djvu/103

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



HERMIA
Moi, je vois double, ou bien un songe me trompa…

HÉLÈNE

Pour moi, Démétrius me paraît un bijou
Trouvé, que l’on possède et qui n’est pas à vous…


DÉMÉTRIUS

Êtes-vous bien certains que nous ne dormons pas ?
Moi, je crois sommeiller, et qu’un rêve m’enivre…
Tout à l’heure, le duc n’était-il pas ici ?…


HERMIA
Oui, sans doute, et mon père aussi !…

HÉLÈNE
Et la belle Hippolyte !…Il disait de le suivre

LYSANDRE

Et la belle Hippolyte !…Il disait de le suivre
Au temple, où nous serions unis avant demain !…


DÉMÉTRIUS

Nous ne dormons donc plus ! Bien ! La main dans la main !
En route !… Et contons-nous nos rêves en chemin !…

Ils sortent.



CULASSE, s’éveillant.

Quand viendra ma réplique, appelez-moi !… Le texte
Dit : “Mon Pyrame bien-aimé” …
Ohé ! Coing ! L’Affamé !
Flûte !… Morbleu, sous quel prétexte
Sont-ils filés, sans crier gare,
Quand je dormais ?… J’ai fait un rêve bien bizarre !