Page:Shakespeare - Un songe de nuit d’été, trad. Spaak, 1919.djvu/125

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



OBÉRON

Dans cette lumière assoupie
Qui baigne toute la maison,
Que chaque elfe et chaque lutin
Danse et chante jusqu’au matin
Comme les oiseaux qui pépient
Sur les églantiers des buissons.


TITANIA

D’abord fredonnez l’air par cœur ;
Ensuite, un mot sur chaque note ;
Et vous tenant par vos menottes
Chantez la mélodie en chœur !…


OBÉRON

Ainsi, jusqu’au lever du jour,
Sylphes légers, dansez en rond !…
Et nous, ma reine, nous irons
Près des beaux lits d’amour,
Et nous les bénirons,
Afin que nos vœux prémunissent
Les trois beaux couples qu’ils unissent
Contre la cruauté des Parques,
Et que, s’il y naît des enfants,
Ils soient beaux, heureux, triomphants,
Sans cicatrices et sans marques !
Esprits, répandez à foison
Les bonheurs sur cette maison !
Que dans chaque chambre arrosée
Par la fraîcheur de la rosée,
Tout soit heureux, paisible et bon !…
Et nous, partons !
Le temps s’enfuit