Page:Shakespeare - Un songe de nuit d’été, trad. Spaak, 1919.djvu/35

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


ACTE II


Scène I.

Un bois près d’Athènes.


Entrent une FÉE et PUCK, de côtés différents.

PUCK
Esprit ? Esprit, où volez-vous ?

LA FÉE

Sur les coteaux, sur les vallées,
Les parcs, les clos, les feux, les ondes,
Partout, partout,
Plus vagabonde
Et svelte que la lune ronde,
Je promène ma course ailée !
Je suis à la reine des Fées !
Et sur les pelouses j’arrose,
Parmi les primevères roses,
L’herbe que sa danse a griffée.
Les primevères sont ses filles !
Vois-tu cet or pourpré qui brille
Sur leur robe en clartés soudaines ?
Rubis de feu, dons de la reine,
C’est de ces taches de rousseur
Qu’elles exhalent la douceur