Page:Shelley - Frankenstein, ou le Prométhée moderne, trad. Saladin, tome 1.djvu/180

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Nous retournâmes à notre collége un dimanche dans l’après-midi : des paysans dansaient, et toutes les personnes que nous rencontrions, paraissaient gaies et heureuses. J’étais dans l’enchantement : j’étais transporté par de vifs sentimens de joie et d’allégresse.