Page:Shelley - Frankenstein, ou le Prométhée moderne, trad. Saladin, tome 1.djvu/77

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


titre de mon livre, et dit : « Ah ! Cornélius Agrippa ! Mon cher Victor, ne perdez pas votre temps là-dessus, c’est une triste occupation ».

Si, au lieu de cette remarque, mon père eût pris la peine de m’expliquer que les principes d’Agrippa avaient été tout-à-fait rejetés, et qu’on avait introduit un nouveau système de science, basé sur des raisonnemens plus puissans que l’ancien, parce que ceux-ci étaient chimériques, tandis que les autres étaient réels et mis en usage ; oh ! alors, j’aurais certainement jeté Agrippa de côté, et, avec une imagination échauffée comme la mienne, je me serais probablement appliqué à la théorie d’alchi-