Page:Shelley - Frankenstein, ou le Prométhée moderne, trad. Saladin, tome 1.djvu/79

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


quoique je désirasse souvent faire connaître à mon père ces secrètes profondeurs de la science, j’étais toujours retenu par la critique indéterminée qu’il avait faite de mon auteur favori. J’appris ma découverte à Élisabeth, sous le sceau du secret le plus strict ; mais elle ne prenait pas d’intérêt à mon travail, et elle me laissait poursuivre seul mes études.

Il peut sembler très-étrange de voir dans le 18.e siècle un disciple du Grand Albert ; mais notre famille n’était pas scientifique, et je n’avais pas suivi les lectures recommandées aux écoles de Genève. Mes rêves n’étaient donc pas troublés par la réalité ; et je me livrai avec ardeur à la recherche de la pierre