Page:Shelley - Frankenstein, ou le Prométhée moderne, trad. Saladin, tome 1.djvu/96

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
Cette page a été validée par deux contributeurs.


devait m’emmener, et me livrai aux réflexions les plus mélancoliques. J’étais seul maintenant, moi, qui avais été toujours entouré d’aimables compagnons, dont l’unique soin était d’être agréables l’un à l’autre. Dans l’université vers laquelle je me rendais, il fallait me faire mes amis et être moi-même mon protecteur. Jusqu’ici, ma vie avait été tout-à-fait domestique et retirée ; j’en gardai une répugnance invincible pour les nouveaux visages. J’aimais mes frères, Élisabeth et Clerval ; c’étaient pour moi d’anciennes figures qui m’étaient familières ; mais je ne me croyais nullement fait pour la société des étrangers. Telles étaient mes réflexions lorsque je commençai mon