Page:Shelley - Frankenstein, ou le Prométhée moderne, trad. Saladin, tome 2.djvu/126

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Turc, pour qui lui et sa famille souffraient une oppression inouie. Ce Turc, en apprenant que son libérateur avait perdu toute fortune et tout crédit, était devenu traître à sa conscience et à l’honneur, et avait quitté l’Italie avec sa fille, en envoyant insolemment à Félix une petite somme d’argent, pour qu’il pût, disait-il, se faire un sort.

» Tels étaient les motifs qui affligeaient le cœur du jeune homme, et le rendaient, lorsque je le vis d’abord, le plus à plaindre de la famille. Il aurait pu supporter la pauvreté, et s’en glorifier même, puisqu’elle avait été la récompense de sa vertu ; mais l’ingratitude du Turc et la perte de sa bien-aimée