Page:Shelley - Frankenstein, ou le Prométhée moderne, trad. Saladin, tome 2.djvu/131

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
(131)

CHAPITRE XIV.


« Telle était l’histoire de mes chers voisins. J’en fus profondément frappé. J’appris même, en comparant les positions de la vie sociale qu’elle développait, à admirer les vertus de cette famille, et à détester les vices de l’espèce humaine.

» Cependant le crime me paraissait un mal dont j’étais loin. La bienveillance et la générosité étaient toujours devant mes yeux, et m’inspiraient le désir de devenir acteur dans cette scène active où