Page:Shelley - Frankenstein, ou le Prométhée moderne, trad. Saladin, tome 2.djvu/66

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


même éprouver quelque chaleur dans le voisinage de la cheminée de la chaumière.

» Avec ces précautions, je résolus de résider dans cette cabane, jusqu’à ce qu’une nouvelle circonstance me détournât de cette résolution. C’était vraiment un paradis, en comparaison de la sombre forêt, ma première résidence, des branches à travers lesquelles je recevais la pluie, et de la terre toujours humide. Je déjeûnai avec plaisir : après ce repas, j’allais enlever une planche pour puiser un peu d’eau, lorsque j’entendis un pas. Je mis l’œil à une petite fente, et je vis une jeune personne, un seau sur la tête, passer devant ma cabane. Elle était jeune et gentille,