Page:Shelley - Frankenstein, ou le Prométhée moderne, trad. Saladin, tome 3.djvu/180

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
(180)

CHAPITRE XXIII.


La situation de mon esprit était telle, que je ne fus plus maître d’aucune pensée. J’étais animé par la fureur ; la vengeance seule me donnait des forces et du calme ; elle tempérait mes sentimens, et me permettait d’être modéré et réfléchi, dans les momens où je n’aurais eu recours qu’au délire ou à la mort.

Ma première résolution fut de quitter Genève à jamais ; mon pays, qui m’était si cher aux jours de mon bonheur et de mes affec-