Page:Sicard - Le Laurier Noir, 1917.djvu/31

La bibliothèque libre.
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Bouclier de soleil, étoile au front tragique,
Cathédrale de l’Est, ex-voto des soldats,
A toujours sur ses flancs la grande ombre celtique
          De la déesse Rosmertha. »

Le train continuait une route incertaine,
L’automne se couchait sur des reflets d’acier
Et j’entendais le pas du cheval de Turenne
          Entre la boue et les lauriers.