Page:Siefert - Les Stoïques, 1870.djvu/115

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Qui donc avait parlé dans ce désert fermé,
Quelle invisible main le tenait par derrière,
Quel ange du Très-Haut l’avait soudain nommé,

Et dans sa conscience avait redit : « Arrière ! »
Quand d’un coup d’œil stupide il avait embrassé
Tout l’ensemble de sa vision meurtrière ?

« Eternel, ton salut sur mon âme a passé,
« J’ai fléchi les genoux devant ta face auguste ;
« J’ai vu ta vérité, pardonne à l’insensé,
« Car ton nom est Amour, ô Dieu saint, ô Dieu juste ! »

Juillet 1869.