Page:Siefert - Les Stoïques, 1870.djvu/132

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



C’est la loi de tous qu’à mon tour j’observe :
Je sais que mon cœur est resté naïf
Et qu’un lien sombre au passé plaintif
Noûra l’avenir que Dieu me réserve.

Janvier 1870.