Page:Siefert - Les Stoïques, 1870.djvu/88

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Maintenant la vertu stoïque
Réveille en moi l’ancien espoir
Et me dit : « Il n’est d’héroïque
Que l’honneur & que le devoir ! »

Mais calmant mon effervescence
Prête à partir aux grands combats :
« Sache donc tourner ta puissance
Toi-même à te vaincre tout bas. »