Page:Siefert - Rayons perdus.djvu/103

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Et vous, je vous laissais tomber sur mes genoux.
J’en tremble encore… Hélas ! vous en souvenez-vous ?

Il arrivait parfois que j’étais trop troublée
Pour pouvoir m’exprimer. La causerie ailée
Nous effleurait alors, passant comme un oiseau
Qui voltige léger & prompt. Votre réseau
Était couleur de neige & moi couleur de rose.
Oh ! comme en ce temps-là, la plus petite chose
Me faisait vous quitter, vous prendre tour à tour !
J’avais eu beau souffrir tout le reste du jour,
Comme j’oubliais tout quand l’heure était venue !
Voyez comme ma main devient blanche & menue,
Dans mes doigts amaigris à peine je vous tiens :
Vous tremblez maintenant… & moi, je me souviens !


Août 18…