Page:Siefert - Rayons perdus.djvu/102

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


RÊVERIE.


Laine blanche, crochet, roulés entre mes doigts,
Combien vous ai-je dit de secrets autrefois ?
Combien avez-vous vu de doux rêves éclore ?
Vous en souvenez-vous ?… Hélas ! j’en tremble encore.

Quand mon cœur palpitait d’espérance & d’orgueil,
Nous épiions un bruit de pas à notre seuil,
Un coup rapide & sec derrière notre porte,
Tandis qu’en même temps une voix claire & forte
Vibrait & demandait si l’on pouvait entrer.
La rougeur du bonheur me venait colorer,
Je relevais soudain mon front ému pour dire :
Bonjour ! ou bien : bonsoir ! avec un doux sourire,