Page:Siefert - Rayons perdus.djvu/142

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Elle contait avec finesse
Et faisait rire ses amis ;
Mais certain temps de sa jeunesse,
Par elle, était toujours omis.

« Laissons cela, je vous en prie, »
Disait-elle à qui la pressait,
Et sous sa paupière flétrie
Parfois une larme glissait.

Ainsi vécut & mourut-elle,
Son secret en elle enfermé,
À quatre-vingt-dix ans fidèle
À celui qu’elle avait aimé.

― Vivifiant cette âme triste
De sa bonne & franche gaîté,
Son oncle l’encyclopédiste
Lentement marche à son côté.

Voyez-vous, sous cet air bonhomme,
Sous cette apparente douceur,
Celui qui s’en revint de Rome
Philosophe & libre penseur ?