Page:Siefert - Rayons perdus.djvu/141

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Toujours tendre & mélancolique,
Mais brave & fier, ç’avait été
Un soldat de la République,
Se battant pour la liberté.

Poésie, amour, héroïsme,
Tout trouvait son écho chez lui,
Et, des clairs rayons de ce prisme,
Quand il mourut, tout avait fui.

Hélas ! illusion ravie,
Ô vieille histoire ! ô thème usé,
Éternellement vrai ! La vie
En passant l’avait écrasé.

Le sourire un jour sur sa lèvre
Vient se heurter au désespoir ;
Tout fut dit alors & la fièvre
L’eut bientôt mis sous le drap noir.

― Une ombre de morne cortége
Se détache : Voici venir
La vieille fille au front de neige :
Autre image, autre souvenir !