Page:Silvestre - Les Ailes d’or, 1891.djvu/90

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
73
LES AILES D’OR

Sentant que notre poids devient lourd à la terre,
Que l’homme ne croit pas aux lointains paradis,
Songeant que l’Idéal fut notre hôte jadis,
Nous pleurons les dieux morts dans la nuit solitaire !