Page:Simon - L'écrin disparu, 1927.djvu/126

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
125
L’ÉCRIN DISPARU

VI

AU SANATORIUM.


Le vaste Établissement de la Longue-Pointe, situé à l’extrémité est de la grande rie de Montréal, à une heure environ de la Métropole par la ligne des tramways, semblait jadis isolé en pleine campagne.

Ce grand Sanatorium, dont la direction est confiée aux vaillantes religieuses de la Providence, œuvre admirable de la Mère Gamelin et de Mgr. Bourget, occupe une large étendue. Divers départements ayant chacun leur affectation particulière, sont aménagés avec ce souci constant de joindre l’utile à l’agréable ; des villas, des pavillons disséminés parmi de nombreux et frais bouquets d’arbres, forment une cité d’aspect riant et tranquille, comme on en voit dans certaines stations balnéaires.

C’est le lieu de réclusion des aliénés, dont les familles peuvent payer les pensions. Ce département était sous les soins directs du Docteur de Chambure.

Introduit dans le salon d’attente, monsieur Parizot, remit aussitôt sa carte au gardien, qui alla prévenir le médecin.

Durant ce temps le visiteur regardait distraitement par une porte-fenêtre, la pelouse taillée à la mécanique et les allées entretenues avec un soin capable de rivaliser avec l’entretien des meilleurs parcs de la cité.

Un groupe de promeneurs vint à passer devant le salon-parloir ; ils étaient bien vêtus et presque tous d’aspect distingué ; mais à les considérer de près, ils avaient le regard terne, la physionomie mélancolique et marchaient sans conversation, ni intérêt d’aucune sorte ; un gardien les suivait à quelques pas, un trousseau de clés à la main. C’étaient des pensionnaires de première classe, accomplissant leur promenade récréative.

Un instant Parizot se demanda si Dupras était parmi eux ; comme il cherchait vainement dans le groupe la figure maladive du jeune professeur, le bruit d’une porte s’ouvrant derrière lui, détourna son attention. Il quitta la fenêtre pour aller au-devant du Docteur qui venait d’entrer.

Bien aimable Monsieur de venir me saluer, il y a si longtemps que nous ne nous sommes rencontrés !… Parizot serra la main qui cordialement lui était tendue, et prenant le fauteuil que lui désignait le médecin :