Page:Simon - L'écrin disparu, 1927.djvu/125

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
124
L’ÉCRIN DISPARU

— Il faudrait d’abord, Madame, savoir si le crime est oui, ou non imaginaire !… Si vous le permettiez, je pourrais tenter une démarche qui nous fixerait là-dessus.

Lédia eut un geste étonné :

— Quelle démarche ? comment pourriez-vous nous tirer de l’incertitude ?

— C’est simple. — Vous dites que Dupras a été conduit à la Longue-Pointe. Je connais particulièrement la Révérende Mère Hermengarde, supérieure de l’Établissement, ainsi que monsieur de Chambure, le Docteur-aliéniste. Il me sera facile de rejoindre Dupras ; je saurai s’il persiste dans ses aveux, ou si la scène d’hier, n’est qu’un acte de démence, dont il a peut-être perdu le souvenir.

— Monsieur a raison, approuva madame Walfish ; mieux vaut s’éclairer et ne prendre une décision qu’à coup sûr.

Lédia parut indécise, presque interdite. Parizot crut lire en elle :

« Je ne veux pas que monsieur Parizot s’impose pour nous une mission si pénible : ce serait abuser de sa condescendance… »

Puis il ajouta aussitôt :

— À moins que vous ne me le défendiez, j’irai demain à la Longue-Pointe et vous rendrai compte ensuite du résultat de mon enquête.

Ces derniers mots parurent dissiper l’inquiétude de madame Giraldi.

Merci pour moi, merci pour mon mari, reprit-elle ; si vous saviez dans quel tourment je le vois depuis hier soir, partagé entre son devoir, qui est de dénoncer le meurtrier de son fils, et la crainte de faire condamner un innocent !… deux fois innocent peut-être, puisqu’il s’agirait d’un aliéné. Je vais le rassurer en lui parlant de vos projets. Merci de nouveau…

— C’est bien mal, n’est-ce pas chère amie, de venir ainsi vous compter mes peines et vous ennuyer par mes chagrins !… mais, au jour de l’épreuve, à qui a-t-on recours, sinon à ceux que l’on aime…

Puis, n’ai-je pas bien fait de suivre ma première impulsion puisque grâce au dévouement de monsieur Parizot, je vais pouvoir réconforter mon pauvre mari à mon retour ?

Ayant repris place dans la voiture, l’auto conduite par Harry vira dans l’avenue, puis disparut bientôt au tournant de la clairière, en route pour le Parc des Cyprès.