Page:Simon - L'écrin disparu, 1927.djvu/164

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


nombre de mémoires, et dont le souvenir, demeuré cher, attendrissait encore les cœurs.

Tout à coup, la sonnerie de la porte retentit.

Avertie aussitôt, Madeleine se dirige vers le salon, mais à peine est-elle arrivée sur la porte, que ce cri spontané lui échappe :

— Ah mon Dieu ! c’est vous mon Père !…

Celui-ci n’avait pas eu le temps de répondre, que sur le seuil de la salle à manger apparaissait le costume d’un religieux trappiste dont la barbe noire rendait plus pâle la fine expression de sa physionomie. Ce fut comme un coup de théâtre : en un instant, tous les convives furent debout, respectueux, le regard tendu vers le nouvel arrivant, tandis qu’au milieu des exclamations de joie et de surprise, Monsieur Giraldi en pleurs, serrait dans ses bras, Hippolyte, son ancien secrétaire, devenu le Père Rodolpho, impuissant, lui aussi, à refouler ses larmes.

— Ah ! mon cher ami, s’était écrié le Maître transporté ; quelle joie et quelle récompense vous m’apportez aujourd’hui !…

Et tandis qu’à la place d’honneur, le religieux devient le centre de la conversation, l’objet de la curiosité, ou un foyer de sympathie, selon les personnes présentes, Madeleine s’empresse à le servir, attentive à ses moindres besoins.

Ayant pris à la lettre le mot de son père, elle avait invité « Tous les Amis » de la Maison. C’est pourquoi, sans trop croire au succès de sa démarche, par l’intermédiaire et avec l’appui du Révérend Père Abbé d’Oka, elle avait fait parvenir sa demande à la Trappe de Mistassini ; et voilà que soudain, comblant les vœux de tous, le Trappiste avait obtenu la faveur aussi rare qu’appréciée, de revoir la famille au sujet de qui il avait tant souffert et à laquelle il avait tant pardonné !…

Désireux de rompre complètement avec le monde, Frère Rodolpho, privé lui-même de parents, avait cessé toute relation extérieure dès son entrée en religion et ignorait le tout des événements qui avaient suivi la mort de Lucie Giraldi.

Aussi quelle impression de poignante et douloureuse surprise, suivie d’une explosion de larmes, ne provoqua pas soudain cette malencontreuse question :

— Mais où est donc mon ami Jean, que je ne vois pas ici ?…

Soupçonnant alors quelque mystère douloureux et comprenant qu’il venait de rendre béantes des plaies à peines cicatrisées, il se confondit en excuses, mêla ses larmes à celles de l’assemblée et se prit à regretter sa présence.