Page:Smith - Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations, Blanqui, 1843, II.djvu/70

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


meilleure qualité et à meilleur marché, faites dans le pays, un tel caprice, par la nature même des choses, s’étendrait à si peu de personnes, qu’il ne produirait aucun effet sensible sur l’occupation générale du peuple. Or, une grande partie de toutes nos différentes branches de lainages[1], de nos cuirs ouvrés et de nos articles de quincaillerie s’exportent annuellement dans les autres pays de l’Europe, sans aucune prime, et ce sont là les manufactures qui emploient le plus grand nombre de bras. Les soieries, peut-être, sont le genre de manufactures qui aurait le plus à souffrir de cette liberté de commerce, et après elles les toiles, quoique celles-ci beaucoup moins que les premières.

Secondement, quoique, dans le cas de ce rétablissement de la liberté du commerce, un grand nombre de gens dussent se trouver par là tous à la fois jetés hors de leur occupation ordinaire et de leur manière habituelle de subsister, il ne s’ensuivrait nullement pour cela qu’ils fus-

  1. Ce mot de lainages comprend non-seulement tous les articles de draperie et étoffes de laine, comme serges, flanelles, etc., mais encore tous ceux de bonneterie en laine, couvertures, etc.