Page:Société des amis des sciences, de l’industrie et des arts de la Haute-Loire - Mémoires et procès-verbaux, 1878, Tome 1.djvu/41

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



LETTRE
DES CONSULS DE SAUGUES AUX ÉTATS DU GÉVAUDAN


1586


Burel dépeint en ces termes la situation du Velay et des pays circonvoisins en 1586 : « Fault entendre que en ladicte année [1586], par le moien de l’indisposition du temps, neges continuées tout le temps du caresme ordinairement, par tout le pays de Vellay que ès montaignes des environs, le pouvre peuple qui avoit esté ruyné par les guerres, et après par la misère du temps, estoient si ruynés et afoiblis qu’ilz mouroient de faim, les trouvant dans la nege mortz à grand habondance, car aussi à la vérité ilz avoient mangé du pain d’avoine, de fougières, et les aultres d’escorse des arbres : choses dignes de mémoire ! » [1]

Le document que nous publions et dont nous devons la communication à notre ami, M. André, archiviste à Mende, vient corroborer le témoignage de notre vieux chroniqueur et jeter une lueur sinistre sur l’effroyable misère amenée par trente ans de luttes civiles et religieuses, surtout dans la partie du Gévaudan qui forme aujourd’hui le canton de Saugues.

En 1586, les religionnaires occupaient le Malzieu. Située sur la Truyère, cette place forte, assiégée et prise par eux en 1573 et 1577, servait de base à leurs opérations. Ils se répandaient dans

  1. Mémoires de Jean Burel, p. 98.