Page:Somme contre les Gentils.djvu/50

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
CHAPITRE X.


Opinion de ceux qui prétendent que l’existence de Dieu, étant connue par elle-même, ne peut pas être démontrée.

Toute dissertation ayant pour but de prouver qu’il y a un Dieu paraîtra peut-être superflue à ceux qui prétendent que l’existence de Dieu est connue par elle-même, en sorte qu’on ne peut imaginer le contraire et que cette démonstration est impossible[1].

Voici les raisons qui favorisent cette opinion.

1° On dit qu’une chose est connue par elle-même quand on la conçoit aussitôt qu’on entend le terme qui l’exprime. Ainsi, lorsqu’on connaît ce que sont le tout et la partie, on sait de suite que le tout est toujours plus grand que sa partie. Or, nous affirmons quelque chose de semblable en disant qu’il existe un Dieu ; car sous le nom de Dieu, nous concevons l’être le plus grand qui se puisse imaginer. Celui qui

  1. François de Sylvestre, le commentateur de saint Thomas, pense que saint Anselme est du sentiment contre lequel s’élève le Docteur Angélique. Voici, en effet, un passage de ce Père qui peut être considéré comme une démonstration a priori de l’existence de Dieu : « Ergo, Domine, qui das fidei intellectum, da mihi, ut, quantum scis expedire, intelligam quia es, sicut credimus; et hoc es, quod credimus. Et quidem credimus te esse aliquid, quo nihil majus cogitari possit. An ergo non est aliqua talis natura, quia dixit insipiens in corde suo:Non est Deus ? (Psal. XIII, 1.) Sed certe idem ipse insipiens, cum audit hoc ipsum quod dico, aliquid quo majus nihil cogitari potest ; intelligit quod audit, et quod intelligit in intellectu ejus est ; etiamsi non intelligat illud esse. Aliud est enim rem esse in intellectu ; aliud intelligere rem esse. Nam cum pictor praecogitat quae facturus est, habet quidem in intellectu ; sed nondum esse intelligit quod nondum fecit. Cum vero jam pinxit, et habet in intellectu, et intelligit esse quod jam fecit. Convincitur ergo etiam insipiens esse vel in intellectu aliquid, quo nihil majus cogitari potest ; quia hoc cum audit, intelligit; et quidquid intelligitur, in intellectu est. Et certe id, quo majus cogitari nequit, non potest esse in intellectu solo. Si enim vel in solo intellectu est, potest cogitari esse et in re : quod majus est. Si ergo id, quo majus cogitari non potest, est in solo intellectu, idipsum, quo majus cogitari non potest, est quo majus cogitari potest : sed certe hoc esse non potest. Existit ergo procul dubio aliquid, quo majus cogitari non valet, et in intellectu, et in re » S. Ans. Proslogion c. 2.