Page:Sorel - La Vraie histoire comique de Francion.djvu/11

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.





À FRANCION



Cher Francion, à qui pourrois-je dédier votre Histoire qu’à vous-même ? Ce seroit vous faire tort que de l’aller présenter à un autre ; car, s’il est besoin d’en donner le jugement, qui est-ce qui se trouve plus capable de le faire que vous, qui sçavez toutes les règles qu’il faut observer pour bien écrire ? Je me sentirai plus glorieux, si je reçois votre approbation, que si j’avois la faveur de tout un peuple ; mais je crains bien pourtant que, si vous me voulez juger à la rigueur, je ne sois pas tout à fait exempt de faute. Je ne doute point que, si vous eussiez voulu prendre la peine de mettre par écrit vos aventures, au lieu que vous vous êtes contenté de me les raconter un jour de vive voix, vous eussiez fait tout autre chose que ce que j’ai fait ; mais je ne veux point entrer aussi en comparaison avec vous. Il suffit que l’on connoisse que j’ai travaillé avec tout le zèle et le soin qu’il m’étoit possible ; que, si j’ai pris la hardiesse de toucher à des choses qui sembloient n’appartenir qu’à vous, ç’a été parce que vous m’en avez donné la licence, et que je n’ai pas voulu laisser écouler cette occasion de vous témoigner mon amitié, craignant qu’elle ne fût prise par un autre, il est vrai que vous avez longtemps résisté à mon dessein,