Page:Sorel - La Vraie histoire comique de Francion.djvu/156

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


m’en retournai en mon étude, que je tins fermée, comme si je n’en eusse bougé de tout le soir.

Le principal faisoit alors la ronde dans la cour avec une lanterne de voleur, pour voir si tout le monde étoit retiré ; et, passant par devant notre logement, il entendit la viole et la vielle qui jouoient toujours : il ne se pouvoit imaginer qui faisoit cette musique, qui étoit la plus discordante du monde, car les deux instrumens n’étoient pas sur un même ton et ne se suivoient point, et notre maître touchoit souvent les cordes qui n’en pouvoient mais, et alloit presque à tous les coups sur une touche au lieu d’aller sur une autre, prenant le C pour le B, et le D pour le C. Se mettant au pied de la muraille, il écouta attentivement et ouït Hortensius qui crioit tant qu’il pouvoit : Hé ! là, entrez donc, monsieur le principal, c’est à vous à faire ; faites l’introït de votre ballet. Le principal croyoit qu’il parlât à lui, et qu’il l’eût vu par sa fenêtre : voilà pourquoi il monta jusques en haut, tant pour sçavoir ce qu’il lui vouloit dire que pour apprendre s’il faisoit quelque noce chez lui. Il étoit en l’allée de la chambre, lorsque Hortensius dit encore ceci : Festina, principal, je suis las d’attendre ; je m’en vais faire un petit escampativos, et danser ici moi-même, si tu ne viens tout à cette heure. Oh ! bonhomme, continua-t-il en frappant sur les doigts du vielleux avec l’archet de sa viole, sonnez-moi le branle que les Lacédémoniens dansoient à leurs sacrifices, ou la sarabande que jouoient ces Curettes, ces Corybantes emportant Jupiter hors du Louvre de Saturne, de peur que ce grand goulu n’ouït crier ce petit enfant et ne le vînt dévorer comme les autres. Le vielleux, qui n’entendoit non plus son langage que s’il eût parlé margajat[1], continuoit toujours le premier air de son ballet ; de quoi Hortensius, en colère, le frappa plus ferme qu’auparavant, ce qui fit crier le vielleux en haute gamme. Le principal s’étoit arrêté près de la porte, pour écouter tout ceci ; mais sa curiosité le fit alors entrer dedans et demander à notre maître : Quel diable de ballet voulez-vous que je danse ? Monsieur Hortensius, à quel jeu est-ce que vous

  1. C’est-à-dire un langage barbare. « On applique ce nom à certains peuples de l’Amérique qu’on trouve dans les terres du Brésil. » (Dict. de Richelet.)