Page:Sorel - La Vraie histoire comique de Francion.djvu/440

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


voyant mal vêtu, cela eût fait pitié, et l’on lui eût bien plutôt donné quelque chose comme par aumône. Il a bien fait encore imprimer d’autres œœuvres : il a pris des anciens livres, où il a changé trois ou quatre lignes au commencement, et les a fait imprimer sous des nouveaux titres, afin d’abuser ainsi le peuple ; mais je vous jure que, si j’étois que des juges, je punirois aussi grièvement de tels falsifieurs de livres que ceux qui font de la fausse monnoie, ou qui falsifient les contrats. Enfin mon valet a déjà plus écrit que moi ; mais tous ses livres ne sont propres qu’à entortiller des livres de beurre ; et l’on dit que les beurrières avoient l’hiver passé envie de l’aller remercier de ce qu’il leur avoit fourni d’enveloppe lorsque les feuilles de vigne leur manquoient. Toutefois le parlement, qui n’a point d’égard à leur profit particulier, pour la plus grande grâce, le devroit condamner à boire en place de Grève autant d’encre qu’il en a mal employé, et j’entends qu’il prendroit la tasse des mains du bourreau. Il y en a bien d’autres dignes de même punition ; mais ils diront chacun pour leur défense, comme celui à qui l’on vouloit donner des coups de bâton, pour avoir dérobé le roman d’une de nos princesses et l’avoir fait imprimer : Hélas ! pardonnez-moi ; ce que j’en ai fait n’a été que pour tâcher d’avoir du pain : je n’ai pas cru faire mal. Mais taisons-nous de tout ceci pour paix avoir : je ne veux pas que mon éloquence soit aussi pernicieuse que la beauté d’Hélène. Je connois des visages de hibou, des humeurs cacochymes, des mines erronées et des faquins qui sont vêtus en gardeurs de lions, car ils ne changent jamais d’habit ; lesquels entretiennent le peuple de leurs rêveries, pour gagner leur pain ; et néanmoins ils se font peindre avec la couronne de laurier sur la tête, comme les hommes illustres de Plutarque, ou comme s’ils avoient gagné le prix aux jeux olympiques. C’est pour une autre fois que nous en parlerons. Je les veux foudroyer un jour, et les envoyer aux galères, puisqu’ils sont si inutiles au monde. Une rame leur siéra mieux en la main qu’une plume.

Ce discours d’Hortensius sembla meilleur à la compagnie que pas un autre qu’il eût fait ; mais pourtant cela ne fit pas que l’on eût une bonne opinion de lui ; car Francion, désirant avec impatience de voir les papiers qu’il lui avoit dérobés, commença de les regarder, et trouva que c’étoient des feuil-