Page:Sorel - Réflexions sur la violence.djvu/29

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ses à un autre point de vue ; lorsqu’il veut savoir quelle a été l’influence de l’esprit calviniste sur la morale, le droit ou la littérature, il est toujours ramené à examiner comment la pensée des anciens protestants était sous l’influence de la marche vers la délivrance. L’expérience de cette grande époque montre fort bien que l’homme de cœur trouve, dans le sentiment de lutte qui accompagne cette volonté de délivrance, une satisfaction suffisante pour entretenir son ardeur. Je crois donc qu’on pourrait tirer de cette histoire de belles illustrations en faveur de cette idée que vous exprimiez un jour : que la légende du juif-errant est le symbole des plus hautes aspirations de l’humanité, condamnée à toujours marcher sans connaître le repos.


II


Mes thèses ont choqué encore les personnes qui sont, de quelque manière, sous l’influence des idées que notre éducation nous a transmises au sujet du droit naturel ; et il y a peu de lettré qui aient pu s’affranchir de ces idées. Si la philosophie du droit naturel s’accorde parfaitement avec la force (en entendant ce mot au sens spécial que je lui ai donné au chapitre V, § iv), elle ne peut se concilier avec mes conceptions sur le rôle historique de la violence. Les doctrines scolaires sur le droit naturel s’épuiseraient sur une simple tautologie : le juste est bon et l’injuste est mauvais, si l’on n’avait pas toujours admis implicitement que le juste s’adapte à des actions qui se produisent automatiquement dans le monde : c’est ainsi