Page:Sorel - Réflexions sur la violence.djvu/394

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


jamais considérer le fonctionnement d’un organe sans le rattacher à l’ensemble de l’être vivant ; on pourrait dire que cet ensemble détermine le genre dans lequel entre l’activité de cet élément. La philosophie sociale est obligée, pour suivre les phénomènes les plus considérables de l’histoire, de procéder à une diremption, d’examiner certaines parties sans tenir compte de tous les liens qui les rattachent à l’ensemble, de déterminer, en quelque sorte, le genre de leur activité en les poussant vers l’indépendance ; quand elle est arrivée ainsi à la connaissance la plus parfaite qu’elle puisse espérer atteindre, elle ne peut plus essayer de reconstituer l’unité rompue.

Nous allons faire une application de ces principes à l’histoire de l’Église et leur valeur pourra alors être mieux appréciée.


III


Il n’est pas douteux qu’aux débuts de notre ère et, très probablement, tout de suite après la mort de Jésus, les communautés chrétiennes s’organisèrent, d’une manière très solide, en prenant les monarchies orientales pour modèles : leurs chefs ne furent donc pas des magistrats populaires, comme l’ont écrit les protestants, mais des rois agissant en vertu d’une délégation divine[1]. Grâce à cette administration théocratique, l’Église put rendre les plus grands services aux fidèles pendant que l’État

  1. G. Sorel, op. cit., p. 42l.