Page:Souza - Où nous en sommes, 1906.djvu/140

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Mockel dans le premier tome de Vers et Prose, et l’on se demandera vraiment pourquoi l’on ne s’entend pas. M. Albert Mockel écrit :

« L’exaltation, oui, l’exaltation de nous-même, l’exaltation de ces rythmes secrets mais incompressibles que tout homme porte en soi, et qui sont ses aspirations, nées de ses vérités vitales… »

« … Les aspirations sont illimitées étant indéfinies, avec elles, sans le savoir, nous vivons dans l’avenir. Et le souvenir lui-même, lorsqu’il y a poésie, n’est que l’image inverse d’une aspiration vers la beauté encore inconnue qu’on espère. »

Nous avions dit nous-même dans la conclusion du Rythme poétique :

« La poésie est raffinement suprême des souvenirs ou des exaltations dont l’homme retrame son existence. »

Or, M. Sully-Prudhomme, pour expliquer ce qu’il entendait par aspiration, avait dit :

« Ah ! je ne vois pas distinctement ce à quoi j’aspire, je ne sens que trop ce que c’est qu’aspirer.

« … Sous le charme expressif des sons, notre mémoire s’éveille et notre imagination amorce à ces épaves qui flottent sur notre passé un rêve d’ineffable félicité. »

Et les mêmes expressions se retrouvent d’instinct sous la plume d’un savant dans l’analyse, il est vrai, d’un sens particulier :

Ce vers… représente admirablement l’aspiration finale de l’âme, qui déjà s’abreuve en esprit et en désir à la paix et à la félicité éternelle. » (Des bases physiologiques de la parole rythmée, par G. Verriest, p. 34, Louvain, 1894).

D’ailleurs Baudelaire avait déjà dit :

« Le principe de la poésie est, strictement et simplement, l’aspiration humaine vers une beauté supérieure, et la manifestation de ce principe est dans un enthousiasme, un enlèvement de l’âme, enthousiasme tout à fait indépendant de la passion qui est l’ivresse du cœur, et de la vérité qui est la pâture de la raison. » (Notes nouvelles sur Edgar Poe).