Page:Spyri - Encore Heidi, 1882.pdf/112

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 100 —

des rochers menaçants suspendus au-dessus de la tête, qu’il y a partout des crevasses et des précipices dans lesquels on peut tomber, que le sentier est si raide qu’on craint à chaque pas de retomber en arrière, et que si les chèvres peuvent y grimper, aucune créature humaine n’y monterait sans mettre sa vie en danger. Elle a frémi à cette description, et depuis lors elle ne rêve plus de voyages en Suisse comme auparavant. La même peur a pris à Tinette qui ne veut pas non plus venir. Nous serons donc seules, grand’maman et moi ; Sébastien nous accompagnera jusqu’à Ragaz et il retournera ensuite à la maison. Je ne puis presque plus attendre le moment où j’irai vers toi.

Adieu, chère Heidi, grand’maman t’envoie mille salutations.

Ta fidèle amie
Clara.

Après avoir entendu cette lecture, Pierre quitta brusquement la porte contre laquelle il était appuyé, et fit claquer son fouet de droite et de gauche si furieusement, que toutes les chèvres en prirent la fuite de teneur et se précipitèrent dans le sentier