Page:Spyri - Encore Heidi, 1882.pdf/137

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 123 —

fouet d’un air courroucé, comme s’il eût voulu fendre l’air en deux ; puis il s’éloigna en courant, suivi de son troupeau.

À toutes les belles choses que Clara avait vues ce jour-là sur l’alpe vint s’ajouter enfin celle qui lui parut la plus belle de toutes. Lorsqu’elle fut étendue à la fenière sur le grand lit si douillet dans lequel Heidi se disposait à grimper à son tour, elle regarda par la lucarne ouverte, et apercevant au ciel les étoiles scintillantes :

— Oh ! Heidi, s’écria-t-elle dans son ravissement, regarde ! c’est comme si nous allions entrer tout droit dans le ciel sur une haute voiture !

— Oui, et sais-tu pourquoi les étoiles ont l’air si joyeuses et nous clignent ainsi des yeux ? lui demanda Heidi.

— Non, je ne sais pas, qu’est-ce que tu veux dire ?

— C’est que là-haut elles peuvent voir comment le bon Dieu arrange tout pour que les hommes n’aient rien à craindre et qu’ils puissent vivre tout à fait tranquilles, parce qu’il sait ce qui est salutaire. C’est ce qui les rend si gaies ; et regarde,