Page:Spyri - Encore Heidi, 1882.pdf/141

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 127 —

du soleil qui entraient par la lucarne et venaient danser jusque sur son lit. Elle ne savait plus du tout où elle était ni ce qu’elle voyait ; mais ses regards tombèrent sur Heidi encore endormie à côté d’elle, et au même instant elle entendit la voix cordiale du grand-père.

— Bien dormi ? pas trop fatiguée ?

Clara l’assura qu’elle n’était pas du tout fatiguée et qu’une fois endormie elle ne s’était pas réveillée de toute la nuit. Cela fit plaisir au grand-père ; puis il se mit tout de suite à l’œuvre et assista Clara dans sa toilette avec autant d’adresse et d’expérience que si c’eût été précisément son métier de soigner des enfants malades et de leur faciliter toute chose.

Heidi qui venait d’ouvrir enfin les yeux, vit avec étonnement le grand-père prendre sur son bras Clara déjà toute habillée et descendre avec elle. Il fallait se hâter de les rejoindre ! elle sauta à bas du lit et fut prête en un clin d’œil ; puis elle descendit l’échelle, sortit du chalet et s’arrêta court pour contempler avec le plus grand étonnement ce que faisait le grand-père.

La veille au soir, tandis que les enfants reposaient