Page:Spyri - Encore Heidi, 1882.pdf/15

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 7 —

nouveau sa gaîté. Elle lui tendit la main dès qu’il entra dans la chambre et il vint s’asseoir à côté d’elle. Mr Sesemann approcha aussi un fauteuil, et prenant la main de Clara dans les siennes, il commença aussitôt à parler du voyage en Suisse en disant combien lui-même s’en était réjoui ; il glissa légèrement sur le point principal, c’est-à-dire sur l’impossibilité d’entreprendre ce voyage pour le moment, car il appréhendait un peu les larmes, et il se hâta d’en venir à sa nouvelle idée en faisant observer à Clara quel bien ce voyage de plaisir ferait à leur excellent ami. Les larmes avaient été, en effet, bien près de couler et avaient rempli les yeux bleus de Clara en dépit de tous ses efforts pour les refouler ; elle savait combien son père redoutait de la voir pleurer ; mais aussi, c’était dur de penser que tout était fini, qu’elle ne ferait pas ce voyage auquel elle avait pensé tout l’été et dont la perspective avait été sa seule joie, sa seule consolation pendant ses longues heures de souffrance et de tristesse. Cependant elle n’avait pas l’habitude de contester avec son père ; elle savait bien qu’il ne lui refusait que ce qui pourrait lui faire du mal, aussi s’efforça-t-elle de ra-