Page:Spyri - Encore Heidi, 1882.pdf/179

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 165 —

de quoi faire pour Pierre une seconde portion aussi grosse que la première. Il mangea le tout en silence et s’acquitta fermement de sa tâche jusqu’au bout, y compris les miettes, mais toutefois sans témoigner son contentement habituel : Pierre avait quelque chose qui lui pesait sur l’estomac et le serrait à la gorge à chaque bouchée.

Les enfants s’étaient mis si tard à leur repas que tout de suite après ils virent apparaître le grand-père qui gravissait l’alpage pour venir les chercher. Heidi bondit à sa rencontre, car elle voulait être la première à lui annoncer ce qui s’était passé ; mais sa réjouissante nouvelle l’excitait à un tel point qu’elle trouva à peine des paroles pour la communiquer au grand-père. Lui, cependant, comprit tout de suite ce que l’enfant voulait lui dire, et une vive joie éclaira tout son visage. Il pressa le pas et arrivé près de Clara il lui dit avec un joyeux sourire :

— Eh bien, nous avons donc pris notre grand courage ? et nous avons gagné !

Puis, l’ayant soulevée de terre, il la mit debout, l’entoura de son bras gauche, lui tendit la main droite comme un ferme appui, et Clara ainsi soutenue