Page:Spyri - Encore Heidi, 1882.pdf/180

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 166 —

marcha d’un pas encore plus assuré que la première fois. Heidi sautait autour d’elle en poussant des exclamations de joie, et quant au grand-père, on aurait dit aussi en le voyant qu’un grand bonheur lui était arrivé. Mais tout à coup il s’anêta, et reprenant Clara sur son bras comme de coutume :

— Il ne faut pas en faire trop pour une première fois, dit-il ; du reste il est temps de songer au retour. Puis il se mit immédiatement en route, sachant bien que c’en était assez pour ce jour-là et que Clara avait besoin de se reposer.

Plus tard, dans la soirée, lorsque Pierre rentra à Dörfli avec ses chèvres, une foule compacte était rassemblée à quelque distance du chemin, et chacun poussait du coude son voisin pour mieux voir un objet qui se trouvait au centre. Piene voulut naturellement savoir aussi de quoi il s’agissait ; il poussa, bouscula, joua des coudes de droite et de gauche et parvint enfin à se faufiler à travers les rangs. Cette fois ! il put voir en effet : devant lui, sur l’herbe, gisait la partie centrale du fauteuil à roulettes à laquelle ne tenait plus qu’un morceau du dossier ! le coussin rouge et les clous brillants