Page:Spyri - Encore Heidi, 1882.pdf/181

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 167 —

étaient encore là pour témoigner de sa splendeur passée.

— J’y étais quand ils l’ont monté là-haut, disait le boulanger debout à côté de Pierre ; il valait au moins cinq cents francs, je parierais bien. Je m’étonne comment la chose est arrivée !

— Le Vieux dit que c’est peut-être le vent qui l’a emporté, fit observer Barbel qui ne se lassait pas d’admirer la belle étoffe rouge.

— C’est bien heureux que ce ne soit personne d’autre, reprit le boulanger ; cela ferait une belle affaire ! Quand le Monsieur de Francfort l’apprendra, il fera sûrement faire des perquisitions pour savoir comment ça s’est passé. Pour moi, je suis seulement trop content de n’avoir pas mis les pieds sur l’alpe depuis deux ans, car les soupçons tomberont sur n’importe qui aura été vu là-haut au moment de l’accident.

D’autres propos encore furent échangés à ce sujet, mais Pierre en avait assez entendu ; il se glissa furtivement hors de la foule et se mit à courir de toutes ses forces du côté de la montagne comme s’il eût été poursuivi. Les paroles du boulanger lui avaient