Page:Spyri - Encore Heidi, 1882.pdf/27

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 19 —

arriva par derrière et fit entendre un dernier et terrible coup de sifflet dans le but de chasser ses bêtes du côté du pâturage pendant qu’il s’approcherait de Heidi à laquelle il avait quelque chose à dire. À ce coup de sifflet, les chèvres s’écartèrent en effet, et Pierre put arriver jusqu’à Heidi ; se plaçant alors droit devant elle :

— Tu peux bien recommencer à venir aujourd’hui, lui dit-il d’un ton revêche.

— Non, Pierre, c’est impossible, répondit Heidi ; on peut arriver de Francfort à chaque instant, et il faut que je sois à la maison.

— Tu as déjà dit ça bien des fois, grommela Pierre.

— Mais, parce que c’est toujours la même chose, et ce sera ainsi jusqu’à ce qu’elles arrivent ; ou bien trouves-tu peut-être que je devrais être loin de la maison quand elles viendront me voir de Francfort, dis, Pierre, le trouves-tu ?

— Elles peuvent aussi faire visite au Vieux, répliqua Pierre en grognant.

À ce moment la forte voix du grand-père se fit entendre de l’intérieur du chalet :