Page:Spyri - Encore Heidi, 1882.pdf/28

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 20 —

— Pourquoi l’armée ne se met-elle pas en marche ? est-ce le général ou les troupes qui manquent à l’appel ?

Pierre fit aussitôt volte-face en faisant claquer son fouet dans les airs ; toutes les chèvres qui connaissaient ce signal se mirent en marche, et, suivies de Pierre, grimpèrent au galop du côté du pâturage.

Depuis que Heidi était de retour chez le grand-père, il lui venait de temps en temps à la pensée des choses auxquelles elle n’avait jamais songé auparavant. Ainsi, chaque matin, elle faisait son lit, non sans peine, et tiraillait le foin dans tous les sens jusqu’à ce qu’elle l’eût rendu bien uni. Ensuite elle faisait le tour du chalet, remettant chaque chaise à sa place et serrant dans l’armoire tout ce qu’elle trouvait en désordre. Puis elle allait chercher un torchon, grimpait sur une chaise et frottait la table de toutes ses forces jusqu’à ce qu’elle fût toute luisante. Aussi, quand le grand-père rentrait, il jetait autour de lui un regard de satisfaction et disait :

— Maintenant c’est toujours comme Dimanche