Page:Spyri - Encore Heidi, 1882.pdf/47

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 37 —

pousser, parce que je veux aller un peu avec Monsieur le docteur.

Comme Bellette se frottait encore contre elle, elle lui passa tendrement la main sur le dos et lui recommanda tout particulièrement d’être bien obéissante. Puis, se frayant un chemin hors du troupeau, elle rejoignit le docteur qui la prit aussitôt par la main et ne la lâcha plus. Cette fois il n’avait plus besoin de chercher à grand’peine un sujet de conversation, car Heidi commença tout de suite à causer ; elle avait tant de choses à lui raconter sur les chèvres et leurs excentricités, sur les fleurs, les rochers, les oiseaux, que le temps passa sans qu’ils s’en aperçussent et tout à coup ils se trouvèrent en haut, au pâturage. Tout en montant, Pierre avait fréquemment jeté au docteur des regards de côté qui auraient pu lui faire bien peur, mais qu’heureusement pour lui il n’avait pas remarqués.

Heidi conduisit aussitôt son ami à l’endroit où elle allait toujours s’asseoir pour regarder à son aise, car c’était sa place favorite. Elle s’y établit comme d’habitude, et le docteur s’assit à côté d’elle sur le chaud gazon du pâturage. La radieuse lumière d’une